adorno-superlargo

*Si vous voulez collaborer avec le projet écrivez à: bikutsi@bikutsi.es ou cliquez ici

C'est un travail qui débute en avril 2014 dans la ville de Dschang (Cameroun) afin de promouvoir un modèle éducatif équitable, égalitaire et complet en termes de contenu d'étude entre  les jeunes locaux qui étudient à l'Université de Dschang. , filière  Etudes hispaniques.

Après une étude et une analyse de terrain  dans le  domaine de l'éducation, nous croyons que la meilleure façon de promouvoir le développement effectif des capacités et du potentiel de la population locale est de soutenir des modèles locaux qui respectent les valeurs de respect, d'incorruptibilité, de professionnalisme , de motivation pour l’apprentissage, de solidarité et de soutien mutuel.

C'est-à-dire, face à la création de «patches» ou d'actions spécifiques d'aide au développement des activités d'un certain secteur éducatif, nous parions sur le soutien à la formation des jeunes locaux, avec l'idée de générer des adultes autonomes (qui ne dépendent pas de l'aide externe/ étrangère) qui constituent de nouveaux modèles d'éducation et contribuent à l'implantation dans leur pays des valeurs positives indiquées ci-dessus.

L'influence exercée par les étudiants de la Faculté d'Études Hispaniques et le professeur associé (Docteur Issacar Nguen Djo) dans la planification et la mise en œuvre du présent projet mérite d'être mentionnée, car avec sa persévérance et son travail quotidien, il  nous a fourni une justification plus que suffisante pour qu’on veuille  les soutenir. Les difficultés de la zone rurale dans laquelle se situe l'université, telles que le manque d'accès à l'eau potable, ou les limitations pour les étudiants dans leur accès aux études (manque de ressources économiques, pression politique et corruption généralisée…) font que nous valorisions positivement les multiples efforts que les étudiants de la Faculté déploient pour maintenir au mieux leurs études.

Lorsque nous avons commencé la relation avec la filière et avons constaté ce degré élevé d'implication et d'engagement des étudiants dans leurs études, ainsi que le professionnalisme et l'esprit de travail de l'enseignant, l'idée de faire une activité qui encourage la diffusion et la promotion du travail fut nécessaire et positive pour le développement local du point de vue de la coopération  et non du paternalisme. Ce besoin de diffusion et de soutien est exprimé dans l'approche du présent projet.

Dans une contextualisation des problèmes généraux de l'éducation dans la zone d'influence de ce projet, il est nécessaire de souligner ce qui suit:

  • Cinquante ans après l'indépendance politique de la plupart des pays subsahariens, le système éducatif qui survit n'est pas adapté à la réalité sociale et ne permet pas un développement effectif et réel des populations locales de ces pays
  • Le système éducatif actuel est d'héritage néocolonial de type occidental, sexiste dans l'accès à l'éducation, élitiste et économiquement discriminatoire, autoritaire, militarisé, répond aux intérêts externes et non locaux, et ne permet pas d’avoir  une jeunesse bien formée prête à relever les défis de la survie actuelle
  • La méthodologie n'est pas participative mais autoritaire, violente, basée sur l'imposition de critères, oppressive de pensée critique et indépendante et centrée sur la mémorisation des contenus (non susceptible de remise en question)
  • Le système éducatif existant sous-estime les valeurs africaines locales, ainsi que leurs langues, imposant la langue coloniale (en l'occurrence le français), considérée comme "langue de culture"
  • L'éducation scolaire en vigueur est en contradiction  notoire avec les besoins réels des populations.  Elle ne constitue pas une institution sociale neutre, mais représente un appareil idéologique (ceci est commun à tous les systèmes éducatifs, le problème principal  ici est qu'elle se retourne contre la population elle-même de manière agressive) qui permet le maintien de l'état des choses (oppression) et l'exploitation française du territoire et des personnes / travailleurs de la région)
  • Les programmes d'alphabétisation proposés par les politiques de l'Etat ont permis à un plus grand nombre d'étudiants d'accéder aux institutions scolaires (et ces données ont été utilisées dans les statistiques pour couvrir les déficiences structurelles du système), générant une scolarisation massive des jeunes qui ne peuvent pas poursuivre des études secondaires ou supérieures, et qui acquièrent  quelques notions élémentaires d'alphabétisation qui ne favorisent en aucun cas le développement de l'intelligence critique, de la logique ou de la compréhension / problématisation du monde.
  • Les élites locales ont été formées (avec ce modèle éducatif néocolonial) et ont pris les rênes du contrôle politique, économique et social du pays après la proclamation de l'indépendance au siècle dernier, maintenant ainsi les mêmes principes d'exploitation de la richesse et de contrôle armé de la population par les élites, avec une apparence différente
  • Le colonisateur est parti en laissant derrière lui un système d'enseignement qui résiste au temps: il a les mêmes objectifs que ceux des anciennes métropoles, générant une situation de blocage qui ne répond pas aux aspirations populaires de l'Afrique d'aujourd'hui.

En ce qui concerne la réalité la plus concrète qui permet la justification de ce projet, il est nécessaire de prendre en compte les observations faites sur le terrain par l'équipe de travail, ainsi que les conditions spécifiques de celle-ci au moment de la naissance de l'idée originale. En ce qui concerne les problèmes rencontrés dans le domaine, dont  Lettres espagnoles à Dschang veut être un moteur de diffusion et de réduction, nous avons ce qui suit:

  • Manque de ressources matérielles suffisantes pour les étudiants de l'unité des  études espagnoles du Département de LEA (Langues Étrangères Appliquées),   Trilingue espagnole  (livres, manuels, guides, dictionnaires de la langue espagnole ...)
  • Impossibilité d'accès aux sources originales des documents cités au point précédent, étant donné l'absence de livres en espagnol dans les librairies nationales et les bibliothèques avec un contenu consultable par le public, une situation aggravée après la fermeture du Centre culturel espagnol à Yaoundé cette année scolaire  (jusqu'à présent, le seul centre de référence pour les études espagnoles et la langue espagnole au Cameroun)
  • Manque de promotion des étudiants (manque de bourses ou de bourses d'étude) ou motivation à étudier (fin de la coopération espagnole (AECI) avec la  filière: élimination de l'aide et des activités culturelles précédemment réalisées)
  • Difficultés d'accès aux diplômes dérivés des coûts économiques élevés qu’ils impliquent  pour la moyenne des étudiants et problématique dérivée de la gestion de l'Etat (retard dans la livraison des titres, longs délais d'attente, demande de paiement des différents tarifs ...)
  • Bien que les problèmes susmentionnés constituent la base qui justifie notre implication dans le présent projet, l'approche que nous adoptons pour diffuser et soutenir les aspects positifs observés dans le domaine exprimé ici n'est pas moins importante:
  • Haut degré de motivation et d'implication des étudiants dans les études
  • Organisation interne des étudiants, autonomie dans leur processus d'apprentissage et travail d'équipe (méthodologie de travail de groupe: Club espagnol,  La Castellana)
  • Attitude de travail positive, résolution de conflits, créativité et professionnalisme du chef de l'unité espagnole, Dr. Issacar Nguen Djo.

Nous considérons comme   objectif général du projet, le soutien au travail effectué par le chef d'établissement et les étudiants de la filière des Etudes Hispaniques de l'Université de Dschang. Grâce à cela, nous avons l'intention de:

1. Contribuer au développement local en coopérant à la formation des jeunes étudiants de la Faculté

  • Comment? En soutenant  les propositions de travail positives qui ont été observées chez le professeur titulaire de la  filière  tout  comme chez les étudiants regroupés  au sein du club espagnol, La Castellana

2. Réduire le manque de matériel pédagogique auquel fait face  la  filière

  • Comment? En facilitant   l'accès  au  matériel didactique, technique et des spécialités de leurs études (Linguistique et Littératures hispaniques), faire des dons de matériel éducatif  à partir de l'Espagne

3. Promouvoir une conscience de solidarité envers la population locale dans une perspective égalitaire et non pater / maternaliste

  • Comment? En diffusant  à la fois les difficultés et les problèmes rencontrés par les étudiants universitaires camerounais ainsi que les aspects positifs et les actions nécessaires pour les surmonter (montrer leur organisation, coordination, méthodologie et connaissance)

4. Générer de nouvelles voies de coopération entre la population espagnole et camerounaise dans le domaine de l'éducation (développement socio-éducatif des pays participants)

  • Comment? En communiquant  sur les besoins réels des professeurs et des étudiants de la filière et en proposant  l'ouverture de relations d'échanges d'étudiants entre universités

ANNÉE 2014

  • Mai: Consolidation des relations avec l'unité des Etudes Hispaniques de Dschang. Projet audiovisuel "Lettres espagnoles à Dschang" (enregistrement)
  • Juin: Montage et édition du projet audiovisuel. Publication et première diffusion dans les réseaux; création d'une page Facebook (Lettres espagnoles à Dschang)
  • Septembre: rencontre avec le Docteur Issacar Nguen Djo à Madrid, début de la préparation du premier envoi pour la création d'une bibliothèque
  • Novembre: collecte de dons de livres et préparation de la rencontre avec XXI Solidario
  • Décembre: Recherche de financement à travers les billets de tombola pour un panier de Noël. Présentation du projet à l'ONG XXI Solidario lors de sa fête annuelle à RivasVaciamadrid

ANNÉE 2015

  • Janvier: Présentation du projet avec Issacar à l'ONG XXI Solidario en Rivas
  • Mars: PREMIER ENVOI A DSCHANG. Réception des livres, coordination avec Dschang pour suivre le projet. Ouverture du domaine Web.
  • Avril-Mai-Juin: Diffusion du travail effectué jusqu'à présent par les réseaux, et préparation de la deuxième expédition (collecte de dons).
  • Juillet: brève réunion de coordination avec le Docteur Issacar Nguen Djo à Madrid
  • Août-Septembre: Réunion à Rivas avec XXI Solidario pour suivre le programme.
  • Octobre: ​​nouvelle rencontre avec  XXI Silidario à Rivas (sur le prochain envoi: journée d'évaluation et de suivi avec les membres et partenaires de XXI Solidario.
  • Novembre: préparation du deuxième envoi (dons, achats, emballage et étiquetage)
  • Décembre: DEUXIÈME ENVOI À DSCHANG

ANNÉE 2016

  • Janvier: suivi et coordination sur la deuxième expédition et le fonctionnement de la bibliothèque. Rencontre à Rivas avec XXI Solidario.
  • Février: Elaboration et envoi de la lettre au Recteur de l'Université de Dschang demandant un soutien pour la réduction des frais de port ainsi qu'une éventuelle collaboration dans la demande d'exonération de la taxe douanière (en vue d'un envoi massif de matériel de soutien à l'UDS)
  • Juin: coordination avec le Dr Issacar Nguen Djo à la date du prochain envoi (à déterminer)
  • Juillet-décembre: recherche de financement pour la prochaine expédition.

ANNÉE 2017

  • Janvier-mars: Continuation de la coordination avec le  Dr. Issacar Nguen Djo. Nous avons reçu des informations satisfaisantes sur la réponse du recteur concernant une éventuelle exemption de la taxe douanière. Programmation et planification d'une troisième expédition de matériaux à l'université.
  • Avril-Mai: Coordination avec Dschang: analyse des besoins spécifiques pour la prochaine expédition de matériaux (spécialité linguistique). Suivi de l'utilisation de la bibliothèque par les étudiants.
  • Juin: lancement officiel de la campagne de financement  Plus de livres pour Dschang  pour financer un troisième envoi de matériel à l'université (voir ici). Contact avec l'Institut Cervantes de Bruxelles et présentation du projet.
  • Juillet-août: Diffusion de la campagne de financement Plus de livres pour Dschang.
  • Septembre: Préparation du colis et dernières étapes de l'expédition (contact avec la compagnie aérienne, préparation de la documentation) pour la TROISIEME EXPEDITION A DSCHANG le dimanche 24.

screen-shot-2016-11-23-at-13-39-37

XXI SOLIDARIO ONG COLLABORATRICE

UNED UNIVERSITÉ COLLABORATRICE

adorno-superlargo